Organisation Renault Sport F1 Team

Le Renault Sport F1 Team : ses pilotes, son actu etc.

Modérateurs: Heikki-spirit, noux, Drool1, HAD RF1

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede buster » Jeu 26 Oct 2017 13:44

En se concentrant uniquement sur la F1, Renault son budget F1 augmenter de l’ordre de 10 à 15 millions d’euros.

http://motorsport.nextgen-auto.com/Rena ... 21641.html
Avatar de l’utilisateur
buster
 
Messages: 963
Inscription: Lun 3 Juil 2006 22:39
Localisation: Marseille

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede HAD RF1 » Jeu 26 Oct 2017 20:56

Dommage de se retirer de la FE alors que de nouveaux constructeurs vont y entrer, comme Mercedes...

Mais priorité à la F1 :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
HAD RF1
 
Messages: 10952
Inscription: Mer 9 Fév 2005 16:32
Localisation: Aisne

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede buster » Jeu 26 Oct 2017 23:18

Renault ne doit pas se disperser. En courant après 2 lièvres à la fois, on risque de ne rien attraper.
Ensuite avec la poursuite du projet sous l’appelation Nissan, l’alliance n’est pas absente de la discipline et c’est cela l’essentiel. En plus quelque chose me dit que ce sera toujours Renault qui concevra le moteur, seuls les autocollants et le payeur vont changer.
Avatar de l’utilisateur
buster
 
Messages: 963
Inscription: Lun 3 Juil 2006 22:39
Localisation: Marseille

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede Dazul » Ven 27 Oct 2017 07:38

En tout cas ça fait sens par rapport à toute ces synergies que l'alliance essaie de "vendre".

Un beau moteur Nismo issue des locaux de Renault Sport.
Avatar de l’utilisateur
Dazul
 
Messages: 1504
Inscription: Sam 29 Oct 2005 12:34
Localisation: Suisse

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede buster » Jeu 2 Nov 2017 13:31

Renault critique les délais imposés par Mercedes pour les transferts :

https://fr.motorsport.com/f1/news/renau ... ts-968991/

Il n'a pas tord Abiteboul quand il affirme que de telles clauses contractuelles sont contraires à l'intérêt de la Formule 1, car elles contribuent au gouffre qui sépare les top teams des autres écuries.
Il a des mots durs à l'égard de Mercedes « Red Bull n'est pas stupide dans sa protection de son staff ».
Avatar de l’utilisateur
buster
 
Messages: 963
Inscription: Lun 3 Juil 2006 22:39
Localisation: Marseille

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede Ghost Rider » Lun 25 Déc 2017 11:07

Avatar de l’utilisateur
Ghost Rider
 
Messages: 1592
Inscription: Lun 18 Juin 2007 18:08
Localisation: partout et nulle part

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede buster » Lun 25 Déc 2017 14:48

Ghost Rider a écrit:http://www.lemonde.fr/auto-moto/article/2017/12/14/f1-renault-passe-la-vitesse-superieure_5229793_1616662.html


Je suis rassuré, Renault a quand même fini par baiser les autres équipes, car qui imagine le polonais fermer sa bouche sur les développements en cours de la concurrence jusqu’au mois d’avril...
Avatar de l’utilisateur
buster
 
Messages: 963
Inscription: Lun 3 Juil 2006 22:39
Localisation: Marseille

Messagede jmy » Lun 25 Déc 2017 15:29

En attendant que tout ce qui se met et s'est mis en place se concrétise.... Joyeux Noël tout le monde ! :D
Avatar de l’utilisateur
jmy
 
Messages: 1892
Inscription: Mar 4 Sep 2007 19:34
Localisation: Bordeaux

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede buster » Lun 25 Déc 2017 15:40

Merci pour tes vœux.
Joyeuses fêtes à toi aussi + tous les membres du forum :wink:
Avatar de l’utilisateur
buster
 
Messages: 963
Inscription: Lun 3 Juil 2006 22:39
Localisation: Marseille

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede SEB.. » Lun 25 Déc 2017 20:26

Très bon article et très bien joué de la part de RF1 8)
Joyeux Noël à tous :D
A+
Seb
Avatar de l’utilisateur
SEB..
 
Messages: 303
Inscription: Sam 15 Mar 2008 10:26
Localisation: Oise

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede aifol » Jeu 28 Déc 2017 19:24

Sur le papier c'est un recrutement qui manque un peu de fair-play, parce que honnêtement si une autre équipe l'avait embauché on serait tous en train d'écrire que c'est pas normal, que la FIA a telle ou telle équipe dans la poche etc. Imaginez que c'eût été Ferrari :lol:
Mais... ça n'est pas moins fair-play que toute équipe qui trouve une parade technique au règlement en sachant que ça va à l'encontre de son esprit. Au final sachant qu'on est dans un jeu où tout le monde s'offusque de tout sauf quand ça l'arrange, c'est effectivement un très joli coup qui montre qu'ils n'ont pas une vision Bisounours de ce qui les attends :!:
Avatar de l’utilisateur
aifol
 
Messages: 2497
Inscription: Mer 14 Juin 2006 22:57
Localisation: Lille

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede buster » Lun 1 Jan 2018 12:43

Ma seule crainte c’est que le budget soit encore trop juste pour être parmi les meilleures équipes.
Je suis très dubitatif sur le fait que Renault F1 ai un total soutien de la part de Boulogne Billancourt.
Mais bon je peux me tromper.
Avatar de l’utilisateur
buster
 
Messages: 963
Inscription: Lun 3 Juil 2006 22:39
Localisation: Marseille

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede Colin Macintosh » Jeu 14 Juin 2018 15:10

Il semblerait que l’on connaisse enfin le nom du mystérieux ingénieur Mercedes qui s’est vu infligé

une “période de jardinage“ d’au moins deux ans avant de rejoindre RSF1.

En effet Renault annonce aujourd’hui l’arrivée au 1er septembre 2018 de Matthew Harman au poste directeur

adjoint du design auprès de Martin Tolliday, l’actuel responsable du design des monoplaces (nommé à ce poste

après le départ du talentueux Tim Desham).

Chez Mercedes AMG F1 il était responsable de l’intégration du groupe moto-propulseur et du design de la

transmission.

http://motorsport.nextgen-auto.com/Renault-F1-renforce-son-equipe-de-conception-avec-Matthew-Harman,127805.html

https://www.autosport.com/f1/news/136738/renault-signs-senior-mercedes-design-engineer
Colin Macintosh
 
Messages: 107
Inscription: Dim 25 Juin 2006 13:35

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede buster » Jeu 14 Juin 2018 16:03

Merci pour l’info Colin
Avatar de l’utilisateur
buster
 
Messages: 963
Inscription: Lun 3 Juil 2006 22:39
Localisation: Marseille

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede y78yoyo » Sam 16 Juin 2018 11:14

Rumeur du jour :
L'équipe d'Enstone a décidé de redorer le blason de Red Bull
Renault est sérieux. En ces derniers jours, l'équipe française a formalisé l'engagement de l'ancien ingénieur Mercedes Harman, mais maintenant (sans rien enlever au nouveau venu) semble commencer à viser plus haut pour se battre avec les meilleures équipes.

D'après ce qui a été appris, le contrat d'Adrian Newey avec Red Bull est sur le point d'expirer. Le «génie» de Stratford-upon-Avon s'est renouvelé pour la dernière fois en 2014, avec un accord qui lui a permis de se consacrer à des projets alternatifs (comme l'année dernière Aston Martin Valkyrie). Le retour à pleine capacité sur la F1 a immédiatement conduit aux résultats attendus, compte tenu de l'excellente remontée de la RB14 en ce début d'année 2018 avec déjà quelques victoires sur les actifs avec Ricciardo.

Ces jours-ci circule la rumeur d'une réunion d'Adrian avec un émissaire de Renault sur la Côte d'Azur. Cette rencontre a eu lieu juste avant son départ pour Le Mans, où il est allé suivre son fils engagé dans le classique français. Newey a toujours refusé les offres des autres équipes, comme Ferrari. Une raison est sa volonté de continuer à vivre en Angleterre, où il travaille à l'usine Red Bull. L'offre de Renault pourrait être intéressante puisque le siège de l'équipe est situé à Enstone, à quelques kilomètres de celui où il travaille actuellement.

Le plus malicieux sera également de penser à une tentative de revanche de Renault, puisque Red Bull pourrait annoncer en Autriche la transition vers les moteurs Honda pour les saisons à venir et l'abandon des moteurs français. Il faut dire aussi que l'équipe transalpine est en forte croissance et que les performances s'améliorent d'une saison à l'autre, de sorte que les investissements augmentent également pour revenir jouer avec les plus forts. Le passage de Newey à Renault pourrait être un tournant pour le Cirque, dans les prochains jours nous en saurons plus.

source : http://www.newsf1.it/la-renault-punta-newey-per-tornare-al-successo/
y78yoyo
 
Messages: 198
Inscription: Sam 1 Mar 2008 13:44

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede buster » Sam 16 Juin 2018 15:56

Sans remettre en cause cette entrevue (je crois qu’elle a réellement eu lieu), je suis très circonspect concernant le fait que Newey puisse rejoindre Enstone.
Dernière édition par buster le Sam 16 Juin 2018 22:16, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
buster
 
Messages: 963
Inscription: Lun 3 Juil 2006 22:39
Localisation: Marseille

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede buster » Sam 16 Juin 2018 16:02

Cyril Abiteboul (Renault Sport Racing): «La F1 est devenue un championnat de l’efficacité énergétique»


Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing
© Renault Group

Renault en Formule 1, c’est quarante ans de présence ininterrompue en tant que motoriste et un retour dans la compétition en 2016 après cinq ans d’absence en tant qu’écurie. C’est aussi 173 victoires, 11 titres pilote et 12 titres constructeur. Rendement des moteurs, big data, intelligence artificielle, Cyril Abiteboul, DG de Renault Sport Racing, commente les dernières évolutions de la F1, à quelques jours du Grand Prix du Castellet, le 24 juin.

Que représente pour Renault le Grand prix de France ?
C’est toujours agréable de courir à domicile. C’est une occasion pour Renault d’aller au-devant des fans de Formule 1 mais aussi de ses clients pour leur expliquer un peu plus le défi technique que constitue la F1 et les raisons pour lesquelles nous sommes présents dans cette compétition. En tant que responsable d’équipe, c’est aussi un facteur de motivation supplémentaire pour les salariés.

Le groupe a complètement renoué avec la F1 en 2016. Qu’est-ce qui avait changé dans cette discipline ?
Contrairement à BMW, Toyota et Honda qui ont quitté la F1 lors de la crise économique de 2008, nous avons redimensionné notre présence en tant que motoriste uniquement. Or, la discipline a connu une rupture technologique majeure en 2014, avec un changement de réglementation sur la partie moteur. Lequel moteur est devenu extrêmement complexe et très performant sur le plan du rendement énergétique. Cela implique des efforts considérables en matière de recherche-développement. L’année suivante, nous nous sommes donc retrouvés face à deux options : soit sortir complètement de la F1, soit s’engager complètement. Seul le fait d’avoir une équipe complète peut justifier de s’investir autant dans le moteur, qui est la partie la plus complexe de la voiture.

Dans quelle mesure la F1 est-elle dans le champ de la révolution des données et de l’intelligence artificielle ?
La F1, compte tenu des coûts associés, a pris le virage de la virtualisation il y a de nombreuses années. Énormément de données sont accumulées, l’enjeu est d’être de plus en plus performant dans leur gestion et leur exploitation. Nous avons créé l’an dernier un département spécifique de science des données – nous sommes pour le moment la seule écurie à posséder une telle entité – qui alimente en méthodologies nos deux centres de recherche et de production, celui de Viry-Châtillon pour les moteurs, et celui d’Enstone près d’Oxford pour les châssis. L’intelligence artificielle en tant que telle reste encore un champ exploratoire, même si certains algorithmes sont déjà présents. Nous avons signé un partenariat dans ce domaine avec Microsoft ainsi que dans d’autres champs d’innovation comme la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

L’innovation est-il un facteur très différenciant entre les écuries ?
Dans ce secteur, il y a paradoxalement peu de place pour l’innovation au niveau du produit. Nous sommes dans un environnement très réglementé et concurrentiel : une innovation est soit déclarée illégale, soit très rapidement copiée. Dans cette discipline le cahier des charges est largement défini par le niveau de compétitivité de nos concurrents et par le régulateur. Cela nécessite une capacité d’adaptation et de réaction très grande. La Formule 1 offre davantage de latitude pour être précurseur sur les process : c’est l’école de l’accélération du développement continu. L’exploitation des données et nos méthodes de travail agiles nous permettent d’accélérer le cycle de développement. Chez nous, l’innovation est concentrée sur l’amont, nous devons être capables de passer très rapidement de l’idée à la pièce physique.

« Nos revenus commerciaux (sponsors, droits TV, vente de nos moteurs) financent les deux tiers de notre budget. Nous bénéficions aussi du crédit impôt recherche. Le reste est assuré par Renault, une dépense justifiée par notre apport en image, en notoriété »


Tout cela bouleverse-t-il le management d’une équipe ?
Notre approche est très pragmatique. Nous avons deux sites de conception, de fabrication et d’essais. Sur la partie moteurs, nous regroupons près de 500 personnes à Viry-Châtillon. Les Français ont un vrai savoir-faire sur les moteurs thermiques avec de bonnes filières de formation comme l’ESTACA et l’IFP. Nous avons racheté une écurie au Royaume-Uni car il faut absolument être présent dans le pays de la F1 pour figurer aux avant-postes. Nous employons environ 700 personnes à Enstone. Depuis deux ans, nos équipes ont crû de plus de 50 %, notamment avec le recrutement de jeunes dont nous complétons la formation avec des parcours jeunes. Cela nous permet de faire de la rétention en leur offrant des plans de carrière intéressants. L’une des défaillances du sport automobile vient de la surexposition au résultat de court terme. Nous avons un examen de passage toutes les deux semaines, regardé par 50 millions de téléspectateurs. On a vite fait d’y mettre toutes nos forces en oubliant le moyen-long terme. Or il faut bien allouer les ressources car la technologie, le règlement et les besoins en talents évoluent en permanence.

Que rapporte vraiment la F1 à un constructeur ?
Schématiquement, nos revenus commerciaux financent les deux tiers de notre budget de fonctionnement. Ces revenus proviennent des sponsors et de nos partenaires, de la redistribution des droits TV et de la vente de notre technologie (nous vendons nos moteurs à McLaren et Red Bull). Nous bénéficions aussi du crédit impôt recherche (CIR) en France et en Angleterre. Le tiers restant est assuré par notre maison-mère, Renault, une dépense justifiée par notre apport en image, en notoriété et en opinions positives sur la marque. Aujourd’hui on peut mesurer précisément ce que la visibilité de la marque pendant quelques secondes auprès des 450 millions de téléspectateurs du Championnat de Formule 1 chaque année nous aurait coûté en publicité traditionnelle. Le groupe réalise aussi des enquêtes sur le différentiel de perception sur la marque et ses produits entre ceux qui regardent la F1 et les autres. Nous savons que les premiers ont une bien meilleure opinion et seront donc plus aptes à considérer la marque pour un achat futur, même si ce n’est pas encore traçable jusqu’au client final. Une campagne de pub serait beaucoup plus lourde car il faudrait la concevoir au niveau mondial puisque la F1 est retransmise dans plus de 100 pays. Dont un certain nombre de territoires de croissance en Asie du sud-est, en Amérique latine et en Afrique qui intéressent particulièrement Renault, sans oublier la Chine évidemment.

Quid des innovations à venir ?
Depuis 2014, la F1 est devenue un championnat de l’efficacité énergétique et les progrès ne sont pas terminés, la « fuel efficency » est une quête permanente. Notre rendement est aujourd’hui de 0,5, cela signifie que nous sommes 30 % plus efficaces que la moyenne des moteurs en circulation, y compris en matière d’émission de CO2 ! Malheureusement, cette technologie est très coûteuse. Notre moteur est en fait composé de trois moteurs (un thermique, deux électriques) et une grosse batterie. Il n’est absolument pas transposable à la production en série. Ce qui l’est en revanche, ce sont nos process. L’approche systémique, la modélisation, la simulation ultrarapide, le maquettage numérique pour accélérer les cycles de développement, tous ces investissements et ces innovations propres à la F1 peuvent être utilisés pour la production grand public. Le deuxième champ de progrès concerne la masse des véhicules. Les exigences de sécurité ont fait grimper le poids des voitures. On est arrivé à un très bon niveau de sécurité, nous allons pouvoir retravailler sur le poids. Cela passe par des matériaux innovants, des nouveaux alliages, l’impression 3D… Enfin, n’oublions pas toute la partie connectivité, diagnostic. La virtualisation est indispensable puisque nous produisons des Formule 1 à très peu d’exemplaires.

On parle tous les jours de voiture autonome. Peut-on envisager un grand prix de F1 sans pilote ?
On reste dans une discipline « aspirationnelle », le produit et le pilote sont des ambassadeurs importants de la technologie. En revanche, on peut tout à fait imaginer des phases autonomes. Lors d’un accident sur la piste, la course est neutralisée. Plutôt que de faire circuler une voiture de sécurité, les monoplaces pourraient basculer en mode autonome afin de respecter les consignes de sécurité. Autre exemple : en F1, on vérifie en permanence que les pilotes ne sortent pas de la piste pour gagner une position. On peut imaginer des caméras haute fréquence embarquées qui s’assurent que le pilote respecte les règles, faute de quoi, par exemple, la puissance de son moteur pourrait être diminuée… Des incursions dans l’univers de l’autonome sont donc possibles, mais la F1 doit continuer à mettre le pilote au cœur de l’action pour ne pas finir en salon automobile.

Pied au plancher
Cyril Abiteboul est directeur général de Renault Sport Racing. C’est lui qui fixe les objectifs en matière de commerce, marketing et communication pour permettre au Groupe Renault de retirer tous les bénéfices de ses activités en F1. Après avoir obtenu son diplôme de l’Institut National Polytechnique de Grenoble, il rejoint Renault en 2001 pour occuper différentes fonctions, aussi bien au siège français qu’à Enstone. En juin 2014, il est nommé directeur général de Renault Sport F1.

https://www.lopinion.fr/edition/economi ... t-l-152976
Dernière édition par buster le Sam 16 Juin 2018 16:16, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
buster
 
Messages: 963
Inscription: Lun 3 Juil 2006 22:39
Localisation: Marseille

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede buster » Sam 16 Juin 2018 16:07

Abiteboul estime que Renault a besoin d’un budget plus important pour progresser
par Cesare Ingrassia 10 juin 2018

Calmement mais surement, l’équipe Renault a réussi à progresser régulièrement pour s’installer à la quatrième position au classement des constructeurs cette année, juste devant la prestigieuse équipe McLaren et l’ambitieuse écurie Force India.

Bien que son avantage ne soit pas si important par rapport aux deux structures citées ci-dessus, l’écurie d’Enstone préfère regarder en avant et se fixe comme objectif de réduire l’écart avec les trois meilleures équipes de la grille.

Cependant, Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport Racing, affirme que pour poursuivre cette tendance à la hausse, Renault a besoin de plus de ressources et donc d’un budget plus important.

Le constructeur français a fait son grand retour en catégorie reine du sport automobile en tant qu’équipe d’usine en 2016, et n’a depuis, cessé d’améliorer ses performances pour tenter de réduire l’écart avec le trio imprenable formé par Mercedes, Ferrari et Red Bull. Un plan extrêmement ambitieux mais qui demande un énorme budget.

« Le budget est quelque chose que nous devons travailler, il est nécessaire de croître dans tous les domaines, aussi bien en termes de personnel que d’investissement, mais aussi de budget. » explique Abiteboul.

« Si nous finissons quatrième au lieu de sixième, nous obtiendrons plus d’argent parce que les sponsors seront plus attirés par notre projet. »

« C’est également bon pour notre crédibilité le fait que notre équipe soit forte. En fin de compte, le succès génère le succès en Formule 1. C’est le cycle dans lequel nous devons entrer et ensuite nous battre pour le titre. »

https://f1only.fr/renault-f1-abiteboul-2018-classement/
Avatar de l’utilisateur
buster
 
Messages: 963
Inscription: Lun 3 Juil 2006 22:39
Localisation: Marseille

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede buster » Sam 16 Juin 2018 16:13

Rien de neuf mais j’espère que cela n’est pas une fin de non recevoir de l’interview d’Abiteboul.
(On peut penser que non car CG n’affirme pas avoir refusée l’augmentation de budget demandée par CA)

De l'ambition sans dépenser des millions chez Renault, selon Carlos Ghosn
Publié le vendredi 15 juin 2018 à 21:27 | Mis à jour le 15/06/2018 à 21:29

Carlos Ghosn, le PDG de Renault, a souligné vendredi l'ambition du constructeur français en Formule 1, sans pour autant vouloir dépenser «des centaines de millions d'euros».

Carlos Ghosn a évoqué ce vendredi lors d'une assemblée générale des actionnaires de Renault l'avenir du constructeur français en Formule 1. «Nous préparons notre retour sur les premières marches du podium d'ici 2020, a affirmé le PDG. L'objectif c'est de gagner dans des conditions économiques responsables.»

Interrogé par un actionnaire sur la possibilité de recruter le pilote allemand de Ferrari Sebastian Vettel, quadruple champion du monde, Ghosn a répondu : «On ne peut pas gagner en dépensant des centaines de millions d'euros», soulignant que l'écurie avait un budget à respecter.

«Nous n'allons pas être l'écurie la plus riche, nous n'allons pas être l'écurie la plus dispendieuse. Mais nous avons prouvé dans le passé que nous pouvions gagner en Formule 1 tout en n'étant pas ceux qui dépensaient le plus d'argent ou en ayant les meilleurs pilotes», a-t-il développé.

https://www.lequipe.fr/Formule-1/Actual ... xtor=RSS-1
Avatar de l’utilisateur
buster
 
Messages: 963
Inscription: Lun 3 Juil 2006 22:39
Localisation: Marseille

Re: Organisation Renault Sport F1 Team

Messagede HAD RF1 » Lun 18 Juin 2018 12:02

Intéressant la rumeur sur Newey, et il n'a pas démenti ce week-end lorsque la question lui a été posée.

Je reste malgré tout dubitatif, il semble moins intéressé par la F1 en raison des restrictions de plus en plus importantes de la réglementation. Et j'imagine qu'il est verrouillé par Red Bull. Quand on voit le temps passé à "jardiner" pour Matthew Harman (si c'est bien de lui dont il s'agit), Newey doit avoir au moins une clause équivalente.
Image
Avatar de l’utilisateur
HAD RF1
 
Messages: 10952
Inscription: Mer 9 Fév 2005 16:32
Localisation: Aisne

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron